Ouvriers français, retenez bien ceci : l'émeute du 14 juillet 1789 fut le signal d'une vaste opération de brigandage commise au préjudice des travailleurs français.

Un révolutionnaire avéré mais clairvoyant, Proudhon, a écrit ce qui suit :

  "Ce qui a créé la distinction toute nouvelle de "classe bourgeoise" et de "classe ouvrière", ou " prolétaire", C'EST LE NOUVEAU DROIT INAUGURE EN 1789. AVANT 89, L'OUVRIER EXISTAIT DANS LA CORPORATION ET DANS LA MAÎTRISE, comme la femme, l'enfant et le domestique dans la famille. Il aurait répugné alors d'admettre une classe de "travailleur" en face d'une classe d'"entrepreneurs", puisque celle-ci contenait celle-là.

  Mais depuis 89, le faisceau des corporations ayant été brisé sans que les fortunes et les conditions fussent devenues égales entre maîtres et ouvriers, sans qu'on eût rien fait ou prévu pour la répartition des capitaux, pour une organisation nouvelle de l'industrie et des droits des travailleurs, la distinstion s'est établie d'elle-même entre la classe des patrons, détenteurs des instruments de travail, capitalistes et grands propriétaires, et celle des ouvriers, simples salariés.
  On ne peut nier aujourd'hui cet antagonisme profond des deux classes inconnu au moyen âge, et LA RAISON QUI L'AMENA FUT UNE GRANDE INIQUITE."

  La "grande iniquité" dont parle Proudhon a consisté :

  1 - A voler les biens des métiers, qui étaient la propriété collective des ouvriers ;

  2 - A abolir les corporations qui préservaient les ouvriers du chômage et leur garantissaient le pain des vieux jours ;

  3 - A interdire aux ouvriers le droit de s'associer pour la defense de leurs intérêts communs et a donner la peine de mort comme sanction a cette monstruosité.

bastille

Texte du décret d'expropriation ouvrière

  Le vol du bien commun des ouvriers a été décidé par le décret du 2 - 17 mars 1791, qui déclare propriété nationale les biens corporatifs.

  L'historien Hyppolyte Taine évalue à seize milliards de l'époque la valeur du patrimoine des métiers confisqué aux corporations. Somme énorme si l'on considère le chiffre peu élevé des effectifs ouvriers au moment de la révolution.
  Privés de leur patrimoine, les corps de métiers ne pouvaient plus vivre. Au demeurant, le décret d'Allarde faisait du libéralisme économique le fondement du nouveau régime de travail, de la production et du commerce, et le 14 - 17 juin 1791, la loi dite "Le Chapelier" interdisait aux hommes de métier de s'associer en vue de "
former des règlements sur leurs prétendus intérêts communs".
  Dès le lendemain de la suppression du régime corporatif, les ouvriers - charpentiers, maréchaux, tailleurs, cordonniers et autres - tentèrent de reformer des compagnonnages pour s'entendre sur leurs exigences en matière de salaires. Le législateur révolutionnaire brisa cette tentative en assimilant à la rébellion l'association entre Citoyens d'un même état ou profession. Or la rébellion était passible de la peine capitale.

  Tel est le nouveau droit inauguré en 1789 par la prise de la Bastille.
  La Tour du Pin a bien raison d'écrire dans ses "Jalons de route" :
"Le peuple a été particulièrement floué dans toute cette histoire de l'avènement de la démocratie."
  Il ajoute :
  "Les autres classes ont récupéré quelque peu leurs anciennes ressources, le clergé par le budget des cultes, les acquéreurs de biens, soit-disant nationaux, par le milliard des émigrés. Mais le peuple n'a rien vu revenir de tout ce qui avait été confisqué, dissipé, aliéné, de cette masse de biens constituée au cours des siècles et qui ne profitait qu'à lui."

  Autrement dit : le monde ouvrier n'a pas reçu réparation de l'immense injustice que la révolution a commise à son endroit.
  C'est la réparation de cette immense injustice que poursuit l'Action française. Elle réclame la restituion au monde ouvrier des biens que la révolution lui a volés en 1791.

Firmin Bacconnier