03 janvier 2009

La définition du corporatisme

Un ami médecin s’inquiétait de l’avenir de sa profession sous un régime socialiste. Je lui dis :- La solution pour la France est dans l’ordre corporatif.- Le corporatisme ? Ah ! non, la réglementation rigide, l’abandon des libertés,…- Vous êtes donc pour le libéralisme, docteur ?- Je suis pour la liberté.- Disons que vous voulez garder votre cabinet, votre clientèle, votre façon d’opérer et ne voulant pas que tout se ramène à l’hôpital, vous refusez le socialisme. Est-ce cela ?- Exactement.- Cependant, si grande que soit votre... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 20:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 janvier 2009

La Qualité

Le corporatisme n’est pas seulement une solution de bon sens entre deux systèmes extrêmes. Il est une économie de la qualité. Une telle économie est essentiellement celle d’une société civilisée.C’est le cas de la France. Dès l’antiquité, ses artisans furent réputés. Ils le furent plus encore au temps des cathédrales, puis quelques siècles après aux époques des hôtels et des meubles élégants.Maintenant, ouvrons le dictionnaire. Définition d’après Littré de la qualité : « ce qui fait qu’une chose est telle. » On parlera de bonne ou... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 20:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 janvier 2009

La psychologie du travail

On a examiné, au paragraphe précédent, l’influence de la qualité sur l’économie. Nous examinons ici son influence sur les gens de métier. En matière d’introduction, rappelons ce qui a été dit tant de fois : l’homme de métier a l’amour du travail bien fait. Parce qu’il aime que l’objet sortant de ses mains soit achevé et réussi. Parce qu’il a à coeur d’être jugé en homme capable et de confiance. Et même, quoique cela puisse sembler paradoxal, parce qu’il aime sa tâche en raison directe du soin qu’il y apporte. On l’observe tous les... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2009

La division du travail

Adam SmithC’est en 1776 que parut un ouvrage capital pour l’économie politique : Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.C’était l’oeuvre du fondateur de l’économie politique, l’écossais Adam Smith. Il avait 53 ans à la parution de son grand ouvrage. Libéral comme l’étaient la plupart des économistes de son temps, il fut un remarquable observateur et eut le mérite de poser clairement les premiers principes de l’économie politique.Pour l’exposition des idées d’Adam Smith, je me suis référé à l’ouvrage, paru en... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2009

Le binôme Capital-Travail

LE CAPITAL : Le développement industriel en cette fin du XVIIIe siècle, que ce soit sous la forme du travail en série ou sous la forme du machinisme à vapeur (WATT est contemporain de SMITH), ce développement requiert des capitaux. Smith considère qu’après la division du travail et la monnaie, le troisième grand fait économique est le capital.Voici le résumé qu’en donne Rist :«Plus son capital – le capital d’une nation donnée – est puissant, plus elle peut entretenir d’ouvriers productifs, fabriquer d’instruments et de machines qui... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2009

Corporatisme traditionnel français

En France, le Corporatisme traditionnel c'est le groupement volontaire, à l'intérieur d'une même communauté, de tous les membres d'une Profession déterminée (Patron, ouvriers, cadres etc...). Il est - en effet - tout à fait évident que tous les membres d'une même profession ont pour le moins, entre eux, un intérêt primordial commun : la survie de leur profession.Il est, par conséquent, logique et naturel que ceux qui, de leur côté, vivent de cette profession se groupent pour discuter ensemble des meilleurs moyens de la faire prospérer... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2009

L'esclavage du prolétaire

  En dépit de l’évidence éclatante de ce que nous exposons, c’est bel et bien en partant de «l’Individu» pris isolément (cet «Homme abstrait» qui, nous l’avons vu, ne peut survivre dans la vie réelle) que les « Philosophes », pères de la Révolution de 1789, ont inventé « l’individualisme », théorie qui subordonne l’intérêt général à la liberté individuelle.   Mais, qu’est-ce au juste – dans la pratique- que la liberté individuelle, si ce n’est un retour pur et simple à la loi de la jungle ? La loi du plus fort, la li du... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2009

LIBERALISME, ETATISME, COMMUNISME

Autant de formes de tromperies qui ne changent rien à la condition prolétarienne   Il va sans dire que les travailleurs de France, transformé du jour au lendemain en prolétaires par la Loi LE CHAPELIER, ne mirent pas longtemps à ressentir à quel point la fameuse "Liberté du travail" avait fait d'eux moins que des esclaves.   En état de Légitime défense et, en dépit des interdictions de décret du 14 juin 1791, ils cherchèrent à se grouper.   Après les décades de luttes farouches et sanglantes, ils... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2009

Le travailleur propriétaire de son métier

  Pour exercer un métier, il faut l’apprendre, puis, par des expériences successives, parvenir à une connaissance de plus en plus approfondie de son travail jusqu’à la possession aussi parfaite que possible de ce dernier.   Cette « possession » d’un métier correspond – en fait – à un véritable capital mais, dans les différents types de sociétés économiques et sociales actuels, ce capital n’est représenté par aucun titre de propriété concret.   Un travailleur licencié de son emploi perd provisoirement le rapport de... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2009

Les rôles et les moyens de la corporation

PAS DE VERITABLE PROPRIETE DU METIER SANS CORPORATION ET PAS DE VERITABLE CORPORATION SANS LA PROPRIETE DU METIER   Si le travail veut réellement se libérer de façon définitive des chaînes du prolétariat auxquelles l’ont attaché le supercapitalisme « privé » et maintenu les supercapitalismes «étatisé» et «communiste», seul le Corporatisme pourra le lui permettre.   Si, de son côté, le Capital foncier français veut échapper aux vicissitudes et aux menaces de plus en plus précises que font peser sur lui les... [Lire la suite]
Posté par equipeASC à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]