La méthode et les principes

Depuis deux siècles, toute la vie sociale du monde moderne est dominée et régie par deux conceptions idéologiques parallèles : le libéralisme et le socialisme.

L’économie classique ou libérale définit l’homme comme un être uniquement tendu vers le bien-être matériel, comme une pure volonté d’enrichissement, et l’humanité comme une mécanique à fabriquer de la richesse. Ayant ainsi isolé dans l’homme la fonction économique dégagée de toute préoccupation morale et spirituelle, l’économie libérale étudie le mécanisme des lois de la production, de l’échange et de la consommation des biens, lois invincibles, inéluctables, s’imposant, pourrait-on dire, inévitablement et extérieurement à l’homme, et qu’il suffit de laisser jouer librement pour harmoniser les intérêts. Partant de cette idée juste, qu’il faut faire confiance à l’intérêt personnel de chacun, elle en conclut, par une sorte de projection dans l’absolu, qu’il faut laisser à chacun une liberté parfaite, c’est la fameuse maxime : « Laissez faire, laissez passer. »

logo_ASCLes écoles socialistes contemporaines  conçoivent également l’homme comme un être uniquement tendu vers son bien-être matériel, mais elles considèrent que ce bien-être ne pourra être obtenu que si l’égalité entre tous les hommes est réalisée. Or, ce qui forme obstacle à cette réalisation, ce sont les corps sociaux traditionnels, en particulier la famille et les institutions traditionnelles, telles que la propriété. Il faut donc les détruire pour ne laisser subsister qu’un Etat tout puissant, englobant la société entière, qui établira le nivellement entre tous les hommes.

Or qu’on apporté au monde de telles conceptions ? Le libéralisme a introduit un capitalisme effréné, c’est-à-dire, ainsi que l’expose La Tour du Pin, « dans le commerce et l’industrie, l’évincement des éléments patronaux par une ploutocratie de plus en plus oligarchique, qui tend fatalement à s’emparer de la richesse privée, et par celle-ci des pouvoirs publics ».
Cette souveraineté de l’argent aboutit à la lutte sauvage pour la domination économique, à la primauté de l’économie, à la production à outrance, au rendement règle de toute chose, à la mécanisation de l’homme, à la prolétarisation sans cesse croissant des masses.

De plus, comme le montre toujours La Tour du Pin, le développement de la ploutocratie est un acheminement vers le socialisme d’Etat, car l’Etat ne saurait se désintéresser des grands organismes financiers centralisés : il faut qu’il les achète ou qu’il soit acheté par eux.

En outre, par la prolétarisation croissante, il engendre une armée pour la démocratie, c’est-à-dire pour le socialisme. Celui-ci est au début une révolte contre la loi d’airain imposée par la ploutocratie, en vue de rétablir une société protectrice en même temps que modératrice de l’individu. Seulement, imprégnée, comme nous le verrons, des mêmes idées fausses que ce qu’il prétend combattre, il aboutit lui-même, par son organisation artificielle, sous ses formes franches ou plus ou moins larvées, à la pire des tyrannies, au gaspillage, et à la destruction des richesses.

Ces deux conceptions, qui s’engendrent mutuellement tout en se combattant, sont à la base de la crise dont nous souffrons actuellement et de tous les désordres sociaux que nous subissons.

Comment pourrait-il en être autrement ? Car toutes deux reposent, au fond, sur les mêmes principesMacaron_produire_1 également faux, car ces deux frères, en apparence ennemis, développent deux idéologies parallèles s’inspirant de mêmes principes : les principes individualistes.

La doctrine libérale est celle de l’individualisme pour les forts, la doctrine socialiste celle de l’individualisme pour les faibles. Comme le dit excellemment M. Gonnard : « Au nom des individus habiles et aptes, les uns (les libéraux) demandent que l’Etat se borne à faire respecter entièrement la liberté et la propriété ; au nom des individus médiocrement armés pour la lutte, qui constituent le grand nombre, les autres (les socialistes) restreignent la liberté et suppriment la propriété. C’est au nom de l’individu que les uns demandent à l’Etat de s’effacer, que les autres lui demandent de s’imposer.
Mais tous sont d’accord pour affranchir le plus possible l’individu vis-à-vis des groupements naturels intermédiaires : famille, nation, profession. Même en matière de propriété, la logique des deux systèmes n’est-elle pas au fond la même ? L’individualisme libéral ne tend-il pas à ôter à la propriété tout caractère familial, tout caractère de solidarité et de durée, à la modeler le plus possible sur cette unité éphémère et mobile qu’est l’individu ? (Exemple le Code Napoléon). Et la suppression de l’héritage n’est-elle pas à la limite de cette conception ? Et le collectivisme fait-il autre chose, en somme, que prolonger l’idée lorsqu’il prétend arracher à l’individu la propriété des capitaux, en lui laissant celle des produits, c’est-à-dire ce qui est le plus incontestablement le fruit de sa seule activité personnelle ?
»

C’est que tous deux dérivent, en effet, des idées philosophiques du XVIIIе siècle. C’est que tous deux, libéralisme et socialisme, imbus de la croyance erronée en la bonté naturelle de l’homme, ne se placent pas en face des réalités concrètes, en face de l’homme, être social, encadré dans la famille, dans la profession et dans la nation, formé par l’histoire et gouverné par l’expérience. Ils n’envisagent que des abstractions, l’individu en soi, possédant un pouvoir absolu simplement limité par un contrat social librement consenti, ou l’Etat en soi, ne recevant de règle que celle qu’il se donne à lui-même. Tous deux oublient en somme, également, « l’immense question de l’ordre ».
Dans ces deux systèmes, on part donc d’un abstrait inhumain pour tendre vers l’inhumain. Les effets néfastes qu’ils ont engendrés ne pourront donc être redressés et réparés que si l’on prend le contre-pied des idées qui sont à leur base, c’est-à-dire :

1 - Si à la méthode abstraite on substitue la méthode réaliste pour l’étude des sociétés ;

2 – Donc si l’on considère l’homme véritable, avec ses bons et ses mauvais côtés, dans la complexité de sa nature déchue avec tous ses besoins matériels, moraux et spirituels, à la fois être social et personne morale ;

3 – Si tout est subordonné à la nation d’ordre, qui n’est, en somme, que ce que La Tour du Pin nomme autrement : la justice sociale.

Ce sont exactement ces trois axes principaux qui constituent la base de ce que propose la doctrine corporative par le biais de l’A.S.C.